Psychotech Europe

Test d'Aptitudes Informatisé, Adolescents et adultes
(TAI-ADO/ADULTES)

(Pépin & Loranger, 1994, 1996)

Équipement requis          Coût du logiciel


Le Test d'Aptitudes informatisé (TAI) pour adolescents et adultes est un instrument psychométrique entièrement informatisé qui offre tous les avantages d'une épreuve individuelle d'aptitudes sans les nombreuses contraintes et pertes de temps liées à l'administration et la correction des tests traditionnels. Le test est accompagné d’un manuel décrivant l’élaboration du test, la description des sous-tests, la cotation et les scores utilisés, les conditions d’administration, l’interprétation des résultats, la normalisation du test, les données de validité et de fidélité, l’installation et l’utilisation du logiciel.

Les aptitudes évaluées sont: Vocabulaire, Logique verbale, Relations spatiales, Opérations mathématiques, Arithmétique, Connaissances, Visualisation spatiale, Compréhension, Sériations, Mémoire, Perception et Vitesse d'exécution.

Sous-tests:

Vocabulaire
Logique verbale
Connaissances
Compréhension
Arithmétique
Opérations mathématiques
Relations spatiales
Sériations
Visualisation spatiale
Perception
Mémoire

Les résultats au test

Normalisation: Plus de 700 sujets sélectionnés dans toutes les régions de la province de Québec.

Clientèle: Personnes de 12 ans et plus.

Équipement requis: Appareils de type PC et compatibles, carte graphique VGA et souris. Le logiciel doit être installé sur le disque rigide. Peut être utilisé en réseau.

Version Windows disponible.

Licence d'utilisation: La licence d'utilisation est attribuée à un professionnel accrédité. Il est requis, lors de toute commande d'achat, d'indiquer le nom du professionnel responsable.

Coût du logiciel:

Logiciel et manuel : 25 €.
Coût des passations : 4 € / unité.

 

Vocabulaire

Le sous-test de vocabulaire est reconnu comme un bon indicateur de l'habileté intellectuelle. La corrélation entre le score d'aptitudes générales et le score à ce sous-test est généralement plus élevée que celle qu'on retrouve entre le score d'aptitudes générales et tout autre sous-test. Entre autres forces de ce sous-test, Sattler (1988) souligne sa résistance à la détérioration.

Le sous-test de vocabulaire mesure à la fois la connaissance lexicale qui est un aspect important du langage, et l'aptitude à apprendre. Selon Rapaport, Gill et Schafer (1945), l'étendue du vocabulaire refléterait principalement la richesse du milieu familial, suivie de la scolarité et de l'expérience. En rapport avec la dimension d'apprentissage, Jensen (1980) affirme que le niveau de vocabulaire est relié à la capacité de dégager la signification d'un mot à partir du contexte et de discriminer entre deux ou plusieurs mots relativement semblables.

Le sous-test Vocabulaire comporte 45 items à choix multiples. Chaque item consiste en une définition suivie d'un choix de mots qui sont les réponses possibles. Le sujet doit retrouver le mot qui correspond à la définition présentée. L'exemple en début de sous-test donne la définition Début du jour, suivie du choix de réponses, a. soir b. semaine c. midi d. matin e. lundi. Le sujet répond "d. matin" pour commencer le sous-test.

[haut de la page]


Logique verbale

Le sous-test de logique verbale est essentiellement un sous-test d'analogies et comme tel, il fait l'unanimité chez les psychologues en tant que mesure associée à l'intelligence (Sternberg, 1982). De fait, les sous-tests d'analogies répondent généralement assez bien aux quatre critères de sélection de tâches posés par Sternberg et Tulving (1977), soit d'être quantifiables, d'avoir de la fidélité, de la validité de construit et de la validité empirique. Les tâches d'analogies ont été et sont encore omniprésentes dans les divers tests d'aptitudes. Ce sous-test est le plus souvent classé comme mesure du raisonnement inductif, mais le raisonnement déductif n'est pas à négliger dans les processus impliqués.

Le sous-test exige du sujet qu'il infère et analyse des ensembles de relations. Les problèmes de niveau de langage, qui introduisent souvent un biais quant à ce qui est mesuré dans les sous-tests de ce genre, ont été évités dans la mesure du possible par l'emploi de termes courants.

Le sous-test Logique verbale est composé de 26 items dont le contenu est verbal et les réponses, à choix multiples. Les problèmes suivent la forme "A est à B ce que C est à D". La proposition "A est à B" (A : B) constitue l'item et le groupement "C est à D" (C : D), la réponse à désigner parmi un choix de même format. L'exemple donné est chaton : chat, avec les choix de réponses suivants, a. boeuf : vache b. chiot : chien c. cheval : zèbre d. chèvre : mouton e. oeuf : poussin. Le sujet répond "b. chiot : chien" pour commencer le sous-test.

[haut de la page]


Connaissances

Le sous-test de connaissances est considéré comme l'un des meilleurs représentants des aptitudes verbales. Ce sous-test est réputé pour bien tenir avec l'âge.

Il mesure l'étendue des connaissances acquises par l'individu, notamment de celles qu'il aurait apprises par lui-même, en tenant compte de son milieu d'origine et de l'éducation reçue. L'étendue des connaissances est fonction des capacités de rétention et de rappel des informations (Sattler, 1988) ainsi que de la motivation et de la curiosité intellectuelle de la personne.

Le sous-test Connaissances se présente comme un questionnaire d'ordre général. Les questions retenues sont, autant que possible, celles auxquelles une personne ayant une expérience de vie conforme à ce qu'on retrouve habituellement aurait pu être confrontée. Le sous-test couvre ainsi un champ étendu de thèmes et évite les spécialisations à outrance. Il comporte 35 items à choix multiples. L'exemple Combien y a-t-il de mois dans une année? est suivi du choix de réponses a. 8 b. 10 c. 12 d. 24. Le sujet doit répondre "c. 12" pour débuter le test.

[haut de la page]


Compréhension

Le sous-test de compréhension mesure le niveau de compréhension verbale abstraite du sujet. Il s'agit de la capacité à comprendre un énoncé dont le sens n'est pas manifeste, tel un proverbe.

Le sous-test Compréhension contient des expressions, des métaphores et des proverbes. Les 27 items sont à choix multiples. Le sujet doit retrouver parmi les réponses proposées celle qui correspond à la signification de l'énoncé présenté dans l'item. L'exemple est: Ils se vendent comme des petits pains chauds, suivi du choix de réponses suivant, a. Ils se vendent rapidement b. Ils se vendent en pièces détachées c. On les donne d. Ils servent à toutes sortes de choses e. Ils sont très chauds. Le sujet doit répondre "a. Ils se vendent rapidement".

[haut de la page]


Arithmétique

En général, les scores obtenus au sous-test d'arithmétique corrèlent fortement avec les mesures d'aptitudes générales. Ceci explique que la plupart des tests d'aptitudes incluent un sous-test d'arithmétique dans leur batterie.

Il s'agit d'une épreuve de raisonnement qui s'appuie sur les opérations mathématiques de base. Le score du sujet est fonction de sa capacité à comprendre un problème, à raisonner et à appliquer des opérations.

Le sous-test Arithmétique se présente comme une série de problèmes à résoudre. Les 22 items sont à choix multiples. Le sujet doit répondre correctement à l'exemple suivant pour débuter le test: Un billet de cinéma coûte 8 dollars. Si on ajoute 1 dollar pour les taxes, combien doit-on payer en tout? a. 6 b. 7 c. 8 d. 9 e. 10. La réponse est "d. 9".

[haut de la page]


Opérations mathématiques

Ce sous-test mesure chez le sujet le niveau de maîtrise des opérations arithmétiques de base que sont l'addition, la soustraction, la multiplication et la division. Selon Sternberg (1986), la réussite de ces opérations de base est un préalable à la résolution de problèmes plus complexes nécessitant des aptitudes de raisonnement logique. La réussite des opérations est directement fonction du niveau d'automatisme des réponses acquis notamment lors de la scolarité. Ce sous-test exige un effort de concentration.

Le sous-test Opérations mathématiques comprend 30 items à choix multiples. Le sujet doit répondre à l'exemple suivant pour débuter le test: (2 x 2) + 1 = __ . Le choix de réponses est a. 3 b. 4 c. 5 d. 6 e. 7. La bonne réponse est "c. 5".

[haut de la page]


Relations spatiales

Il s'agit principalement d'une tâche de construction. Les tâches de construction comportent des exigences au niveau perceptuel et au niveau de l'organisation spatiale des éléments.

Chaque item du sous-test Relations spatiales est constitué par les différents morceaux d'une figure géométrique. Les morceaux sont présentés sur un même écran dans des positions diverses. La tâche du sujet consiste à se faire une représentation de la figure entière et à la désigner parmi le choix de réponses.

Le sous-test comprend 28 items qui augmentent de difficulté en fonction du nombre de morceaux et de la complexité du découpage. Le sujet doit répondre correctement à l'exemple consistant à construire un rectangle à partir de ses deux moitiés pour commencer le test.

[haut de la page]


Sériations

Le sous-test de sériations peut être associé à l'intelligence fluide au sens de Cattell (1971), et de façon plus précise, à la capacité de raisonnement inductif. Le sous-test concerne la capacité d'inférer la relation qui régit une suite d'événements, ces derniers étant habituellement représentés par des chiffres, des lettres ou des figures. Le sujet doit maîtriser les implications réciproques générées par la nature et la position de chaque élément pour reconstruire un ensemble dont il peut dériver correctement la suite (Pichot, 1962).

La tâche consiste à trouver la suite logique d'une série de lettres, de chiffres ou de figures qui se succèdent selon une certaine règle. La difficulté augmente selon la complexité de la règle et le nombre d'informations en cause.

Le sous-test Sériations comprend 24 items à choix multiples. Le sujet doit réussir l'exemple avant d'entreprendre le test.

[haut de la page]


Visualisation spatiale

La visualisation spatiale est une composante importante de l'habileté spatiale et bénéficie à ce titre d'une place de choix dans la mesure des facteurs non verbaux. Il s'agit d'une tâche de rotation mentale dans laquelle le sujet exerce sa capacité à se représenter les déplacements d'un objet selon plusieurs axes dans l'espace (Sternberg, 1982).

Le sous-test Visualisation spatiale est conçu pour évaluer spécifiquement la capacité à se représenter un objet et à manipuler cette information en mémoire.

Les items sont constitués par le déplacement d'un cube et du chat qu'il contient. Au départ, le chat est représenté assis et il fait face au sujet. Il disparaît ensuite, le temps de permettre au cube d'effectuer une ou plusieurs rotations de 90 degrés sur l'écran. Le cube peut tourner sur les trois axes, soit de côté, vers le haut ou vers le bas. La tâche exige une attention soutenue de la part du sujet qui doit adapter sa représentation du chat en fonction de chacun des mouvements du cube. La réponse est la position finale du chat suite à la série de rotations effectuées. La difficulté des items augmente en fonction du nombre et du type de rotations impliquées.

Le sous-test comprend 43 items à choix multiples. Le sujet doit réussir l'exemple donné avant de débuter le test.

[haut de la page]


Perception

Les sous-tests de perception ont une bonne validité en tant que mesure de performance non verbale. Le sous-test Perception du TAI adolescents/adultes entre dans la catégorie des sous-tests de perception visuelle qui utilisent l'effet de masquage.

Chaque item du sous-test Perception se compose d'une image dont plusieurs détails sont cachés par un masque de carrés noirs. Les masques utilisés dans le sous-test sont de configuration variable selon l'item qu'ils desservent. Le sujet doit reconstituer l'objet à partir des quelques informations perçues. La reconnaissance d'objets familiers et la capacité de différencier les détails essentiels d'une figure sont sollicitées.

Le sous-test comprend 22 items qui comptent chacun dix réponses possibles. Ces réponses sont placées dans l'ordre alphabétique à la droite de l'image. Le sujet doit répondre correctement à l'exemple avant de débuter le test.

[haut de la page]


Mémoire

Le sous-test de mémoire trouve sa place dans de nombreux tests d'aptitudes. Dans sa présentation courante, il évalue notamment la dimension de la mémoire à court terme appelée empan mnésique, soit le nombre maximum d'éléments que le sujet peut retenir après qu'on lui en ait fait la présentation. Le sous-test est considéré comme une bonne mesure d'attention du sujet. Il est particulièrement utile pour la détection des déficits au niveau de la mémoire à court terme et de l'attention.

Le sous-test du TAI est présenté sous un format légèrement différent de ce qu'on retrouve habituellement, et ce, dans le but de faciliter le recours aux stratégies de mémorisation. L'utilisation de stratégies est le principal facteur de performance.

Une série de chiffres, de lettres et de symboles est présentée à l'écran. Après un court délai, le tout s'efface pendant quelques secondes. Le choix de réponses apparaît alors. Il se compose de plusieurs éléments dont un seul faisait partie de la série présentée. Le sous-test augmente en difficulté selon le nombre d'éléments inclus dans chaque item. Le sous-test Mémoire comprend 22 items à choix multiples. L'exemple du début est © 5 F, suivi du choix de réponses 9 p F R 4. Le sujet doit répondre "F" pour débuter le test.

[haut de la page]


Les résultats au test

La correction des sous-tests est automatique et les résultats sont disponibles immédiatement après la passation. Ces résultats sont présentés sous divers types de scores qu'il importe de connaître pour l'interprétation des résultats:

L'utilisation des scores en équivalent QI est optionnelle. À ces résultats s'ajoutent les données d'évaluation de la fiche d'observation des comportements du sujet lors de la passation.

L'origine et la signification des scores utilisés pour l'interprétation des résultats sont documentées dans le manuel d’accompagnement.

[haut de la page]